Les reproches de la migraine

Publié le par Magali

il y a migraine et migraine. Là nous parlons de la migraine "classique" plus ou moins aggravée avant les règles, améliorée dans le noir et le silence absolu.

Au niveau médical Migraine : Accès brutal de douleur crânienne intense, le plus souvent unilatérale (droite ou gauche), siégeant au niveau des régions temporale et orbitaire, accompagnée de malaise général, de nausées et de vomissements

La migraine correspond à une résolution d'un conflit de dévalorisation psychique. Lorsque je me sens dévalorisé, je traite mon cerveau de nul et au niveau physiologique il y a vasoconstriction (diminution du volume des vaisseaux qui alimentent le cerveau) : nous donnons moins d'"énergie" à un organe jugé défectueux . Puis lorsque vient la solution au confit (souvent inconsciente) il se produit une vasodilatation (augmentation du calibre des mêmes vaisseaux). C'est cette vasodilatation qui entraîne l'apparition des douleurs.

C'est quoi une "dévalorisation psychique ?" La phrase clé est : "mon cerveau n'a pas assez bien travaillé".

Exemples :

- J'ai été bête de faire ça, je n'ai pas assez réfléchi !
- Je n'ai pas eu la promotion que j'attendais : ils ont du juger que je n'étais pas assez performant !
- Je ne me pardonnerai jamais mon manque de lucidité dans cette affaire !
- Après le décès de mon père je me suis reprochée de ne pas l'avoir fait examiner par de meilleurs spécialistes !
- Mais pourquoi je ne suis pas intervenu à ce moment là ?

Tu vois, à chaque fois ce sont des reproches que l'on se fait à soi même, vis à vis de ses capacité de réflexion.

 

L'exemple de Madame Latête (dans "Enquêtes psychosomatiques" de Salomon Sellam) :

Madame Latête est née dans une famille où le maître mot est la dévalorisation. Dans sa jeunesse ses parents l'empêchent de faire des études afin qu'elle ramène un salaire. Plus tard elle reprend ses études et se fait une situation plus "cotée" mais elle n'arrive pas à grimper dans l'entreprise. Et enfin lorsque son père decède d'un Accident Vasculaire cérébral elle venait de se disputer avec lui : elle ne se le pardonne pas et pense que c'est sa faute si son père a fait un AVC.

La vie de Mme Latête représente un terrain favorable aux migraines (elle en a depuis ses 16 ans, l'année où elle arrête les études). Mais actuellement le conflit vérrouillant sont les reproches qu'elle se fait vis à vis de la mort de son père. Son cerveau recoit régulièrement l'injonction : "Je n'aurai pas du me disputer avec mon père. Je m'en veux. C'est ma faute..."

image : http://www.adycousins.co.uk/migraine.html

Publié dans psychosomatique

Commenter cet article

Lady Angel 21/03/2006 17:35

Cela dit la migraine peut perdurer même- et c'est bien là que ça coince!- si l'on ne toruve pas la solution car si j'en crois ton raisonnement c'est le contraste entre conflit et solutions qui fait que...
Il y a je crois beaucoup de causes aux maux de tête de quelque ordre qu'ils soient. J'en fais les frais depuis deux ans et sans aide, impossible de s'en sortir même en se conditionnant le ciboulot, et ce n'est pourtant pas faute de vouloir....
Le stress est générateur de ce que l'on appelle aussi "céphalées de tensions" ou "syndrome d'Atlas" (qui porte le poids du monde). La tête serre, le cou se raidit et tout cela occasionne une raideur derrière la tête, un échauffement intenables, différents de la migraine car persistants; Mais des crises de migraine peuvent survenir pendant ces crises et alors là....dodo.
amitiés à toi
Lady:)

Magali 22/03/2006 20:02

Et oui ! les histoires de migraines sont souvent des cercles vicieux et comme tu dis, il y a tant de migraines différentes ! Par contre les solutions ne sont pas forcement des euréka ! C'est parfois juste un petit lacher prise qui fait qu'on ne pense plus à ce qui nous préoccuppait ! Mais du coup ça revient, puis ça repars puis ça reviens...

Merci pour tes infos sur le syndrome d'Atlas" je ne connaissais pas !  Tu en souffres ? Si tu veux parler avec moi de tes migraines tu peux utiliser l'adresse mail du site : magarcenciel@yahoo.fr ! Je te répondrai avec plaisir ! En attendant bon courage !

ALENE 11/03/2006 11:27

En effet, en observant les personnes autour de nous, car c'est plus facile que de se remettre en question soi-même !! Je connais des Mme "Latête" et "Cystite" qui ont depuis vingt et plus des problèmes chroniques qui correspondent à ceux évoqués et qui ne peuven se débarrasser de leur maux. Que faire ?

Magali 13/03/2006 08:13

Nous pour les autres, rien ! Il faut que ce soit la personne qui vit les malaises qui fasse la recherche sinon ça ne peut pas marcher. On peut à ses personnes parler de l'origine psycosomatiques de maux en général et si elles nous interogent leur parler alors de ce qu'on connait pour leur propres maux... Mais nous ne pouvons être le guerrisseur de quelqu'un. Nous ne sommes que le guérrisseur de nous même... et déjà, quel boulot ! ^^